Accueil

Diane DESCÔTEAUX

Poète classique et haijin, autrice de 20 ouvrages dont certains sont traduits en anglais, en créole, en roumain et en russe, elle signe plusieurs préfaces et collabore à au-delà de 500 revues et anthologies. Lauréate de quelque 200 prix littéraires dans la francophonie, dont le prix de la Ville de Drummondville en 1996, le prix Lionel-Groulx de la SSJB Centre-du-Québec en 1998, les prix à la création littéraire et ambassadeur aux Gal’Art 2004 et 2009 au Québec […]

Accueil

Diane DESCÔTEAUX

Poète classique et haijin, autrice de 20 ouvrages dont certains sont traduits en anglais, en créole, en roumain et en russe, elle signe plusieurs préfaces et collabore à au-delà de 500 revues et anthologies. Lauréate de quelque 200 prix littéraires dans la francophonie, dont le prix de la Ville de Drummondville en 1996, le prix Lionel-Groulx de la SSJB Centre-du-Québec en 1998, les prix à la création littéraire et ambassadeur aux Gal’Art 2004 et 2009 au Québec […]

20 livres publiés

poésie & haïku

Animation d'ateliers

15 ans d'expérience

Accompagnatrice

éditoriale & littéraire

Articles récents

Voici nos publications récentes.

Livres

Consultez notre bibliothèque virtuelle.

Derniers évènements

Voici nos événements récents.

Témoignages de nos lecteurs

Accueil
5/5
Les poèmes, écrits dans le style japonais du haïku, présentent la chaleur vivifiante du corps, des pensées, des émotions et du sens dans toute leur intensité. Amusant parfois, suscitant la sympathie souvent, ces 68 pages rebondissantes fascinent dans leur vérité toute crue.
Paule Mongeau
5/5
[La luciole attend la nuit pour briller] Cette histoire en haïkus (chemin déjà emprunté par Lutz Bassmann avec ses Haïkus de prison) ne laisse pas indifférent. Et c’est bien là l’essentiel.
Dominique Chipot
5/5
[l'heure du thé] Goûtons donc ce thé de l’existence et humons-en les effluves parfumés. Savourons, avec l’écriture de Diane Descôteaux, tous les instants de la vie, puisque – à quelques décennies près tout de même ! – nous sommes un peu comme les papillons, transitoires et… éphémères.
Georges Friedenkraft
Retour haut de page