Haïku d'esprit

Nouveauté

25.00 $

     …Écrire des poèmes courts, intéressants, requiert, nous nous en doutons, une certaine habileté puisqu’il ne s’agit pas de dire n’importe quoi n’importe comment. Aussi, lorsque le poème court adopte la structure reconnue du haïku ou du tanka, cela demande au haijin qui le compose une maîtrise du genre, d’abord par ses règles assez strictes issues de la tradition japonaise, ensuite par la souplesse des écrits contemporains.

     Diane Descôteaux, comme toute bonne haijin, touche indéniablement nos sens en captant le moment présent. Toutefois, elle se démarque en rimant les premiers et les derniers vers, lui conférant ainsi une voix poétique distinctive. […]

     Peut-on qualifier d’ordinaire l’écriture de Diane Descôteaux, au sens consacré chez les haïkiste japonais? Oui. Si nous tenons pour acquis que les versets sont écrits dans un langage accessible à tous. Toutefois ordinaire, comme simple, ne veut pas dire simpliste et exempt de puissance littéraire et poétique puisque, dans l’optique décrite ci-dessus, nous considérons que les haïku s’épanouissent lorsqu’ils se vivent, lorsqu’ils se détachent de soi pour s’ouvrir dans le présent de l’un et de l’autre.

     Ici, écrire sur des éléments du quotidien de manière ordinaire dans une langue ordinaire nous donne à lire des haïku qui, tant soit peu, nous amènent ailleurs et se révèlent extraordinaires.

Lucy PAGÉ
Beauharnois, Québec

le ciel s’effiloche
et file un mauvais coton
l’orage tout proche

prendre un grand respir
au milieu du champ de trèfles
pour s’en souvenir

trente et un décembre –
quatuor de ronflements
musique de chambre

 

Recension(s)

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Haïku d’esprit”
Les champs marqués d’un astérisque sont obligatoires; votre courriel ne sera pas publié.

Retour haut de page